Les différents contrats de travail

CV sur ordinateur
Partagez

CDI, CDD, intérim… un salarié peut être embauché sous diverses formes. Les différences majeures sont liées à la durée de l'emploi.

Trouver un emploi implique de signer un contrat de travail. Sa durée peut être de 15 jours, un mois, 6 mois, un an, sans limitation…

Le contrat à durée indéterminée (CDI)

C’est le contrat le plus courant en France. Plus des trois-quarts des salariés travaillent actuellement en CDI.

Le principe : l’employeur et le salarié s’engagent sans limitation de durée. Le contrat peut cependant être rompu par l’une des deux parties pour des motifs définis.

Si une période d’essai est prévue, l’employeur et le salarié peuvent mettre fin au contrat pendant cette période sans raison particulière.

Le contrat à durée déterminée (CDD)

Les crises économiques successives ont impacté le marché du travail au cours de ces dernières décennies. Elles ont eu pour conséquence une précarisation grandissante de l’emploi et le développement des CDD.

Ce contrat de travail est conclu pour une durée limitée qui ne peut cependant pas dépasser 9 mois, 18 mois ou 24 mois, en fonction des cas. Certains CDD, notamment dans le cadre d’un emploi saisonnier peuvent ne pas mentionner de date précise de fin de contrat.

Un emploi en CDD doit obligatoirement faire l’objet d’un contrat écrit et signé. Il doit notamment préciser le motif, le poste occupé, la durée, la rémunération ou encore le temps de travail.

L’intérim : un contrat de travail temporaire

Dans le cadre d’un emploi en intérim, le salarié signe un contrat de mission avec une entreprise de travail temporaire. Il est ensuite missionné par cette dernière pour intervenir auprès d’une entreprise cliente.

La durée d’un contrat en intérim est variable. Elle ne doit pas excéder 9, 18, 24 ou 36 mois, selon les cas.

Le salarié intérimaire bénéficie des mêmes droits que les autres salariés.

Temps plein et temps partiel

La plupart des emplois sont des postes à temps plein : les salariés travaillent 35 heures par semaine (ou 151, 67 heures par mois). Ils peuvent effectuer des heures supplémentaires, mieux rémunérées.

Ils peuvent aussi être amenés à travailler à temps partiel et occuper par exemple un emploi  à 4/5ème (4 jours sur 5). Il existe cependant en général une durée minimale à effectuer. Pour en savoir plus sur le temps de travail et les obligations légales, consultez le site service-public.

Divers employeurs

La plupart du temps, lorsque l’on signe un contrat de travail, on s’engage auprès d’un employeur. Mais vous pouvez aussi être recruté·e par un groupement d’employeurs. Vous interviendrez alors ponctuellement auprès d’un des membres du groupement. Par exemple, un éducateur sportif en emploi partagé peut travailler 15 heures pour une municipalité et 20 heures pour un club. Son employeur sera le groupement d’employeurs, ce qui facilitera ses démarches administratives.

Vous pouvez par ailleurs travailler chez des particuliers, par exemple pour garder des enfants, vous occuper de personnes âgées, donner des cours de musique… Dans ce cas, c’est le particulier qui vous emploie.

Vous pouvez aussi être votre propre patron. C’est le cas notamment lorsque vous créez une entreprise.

Zoom sur

Un salaire légal
Il existe un salaire minimal de croissance (Smic) en deçà duquel un salarié ne peut pas être rémunéré. (smic service public). En 2021, il est de 10,25 euros brut par heure. Des dérogations s’appliquent cependant dans certains cas : par exemple, en cas d’embauche d’un apprenti. Les employeurs qui ne respectent pas le cadre légal peuvent être sanctionnés.

Rédacteur : CRIJ - Christine P.
Date de mise à jour : 09/05/2021